Aller au contenu principal

Historique

La légende veut que la première compétition de véhicules tout-terrain (9 Jeep au départ) prenne sa source au Pays Basque en 1951 dans le village montagneux de Licq- Atherey.

Crée et remportée par Sauveur BOUCHET la première course appelée Circuit des Cimes naîtra d’un défi lancé entre Souletins. Elle servira de tremplin à bon nombre d’épreuves qui seront regroupées sous l’égide de la FFSA , Coupe de France en 1974 puis naissance du Championnat de France des Rallyes Tout-Terrain en 1975.

Que d’épreuves avons-nous connues! Rappelez vous: Haut Bugey, Cidres et Pommiers, Terre de Chalosse, le Perche, Chemins Creux, les Aravis, Pays d’Ouche, les Arapeyres, Terre d’Artois, le Teilleul, les Crêtes, Gorges de la Semène, le Dauphiné, Mauléon, Sallaves, Ordiarp, Moirans, le Cantal, Pays Cathares, Terre de Beauce, le Mantois, Chasse Marée, Causses Rouergat, Montagnes de Soule, le Quercy, Ile de France, Infernal, Les Beaumonts… et les rallyes toujours d’actualité, Collines d’Arzacq, Ronde du Labourd, Terre du Gatinais, Jean de la Fontaine, Baretous, Gers Armagnac, Orthez Béarn, Rallye des Cimes, Dunes et Marais, 7 Vallées, Plaines et Vallées.

Initialement les Rallyes Tout-Terrain étaient animés par une majorité de 4x4 et quelques berlines issues de la série dans les rallyes de plaines. Jusqu’en 1970 les Jeep, Land Rover , Renault Simpar, Cournil, UMM, Toyota et autres, régnaient en maître aux mains des BOUCHET, ETCHECOPAR, DEBUSSY, GRETHA, FOUGEROUSE.

Puis arrivèrent ces drôles de machines, les «BUGGYS» et les «PROTOS» issus de l’importation ou nées en France de l’imagination débordante de férus de mécanique. Les Pachiaudi, Baboulin , Montcorgé, Bidart, Strakit, LM, Punch, Apal, CAM, Sunhill, Flac, Phil’s Car et plus tard Rivet, Fouquet, Gembo, Caze, BMC, CRD, Midget arriveront petit à petit à truster toutes les victoires.

Le dernier champion de France à bord de sa Jeep sera Georges DEBUSSY en 1977.

Dès lors, la vitesse de passage sur les obstacles prendra le pas sur l’aptitude au franchissement au grand dam de certains!!!. Cependant, le rallye tout- terrain laisse encore la part belle aux cailloux, rochers, bourbiers, devers, descentes ou montées abruptes… De plus en plus rapides les voitures de courses ont subi d’importantes améliorations techniques au détriment d’un budget initial que l’on pouvait qualifier de modique. Sont ainsi apparues les quatre roues motrices, les bras indépendants et suspensions sophistiquées , les boîtes de vitesse renforcées voire séquentielles aptes à passer la puissance de moteurs «préparés» que nous distillent les FOUCART et autres sorciers de la mécanique. Que dire de la sécurité: arceaux normalisés, baquets homologués, extincteurs de bord, vêtements ignifugés, casque intégral, hans, harnais, etc…

Nous sommes loin de la course d’amateurs de Licq-Atherey. D’une kermesse nous sommes passés à une organisation qui doit être irréprochable, régie par des contraintes environnementales et sécuritaires de plus en plus strictes.

66 ans ont passés, mais au détour d’un parc d’assistance, pendant les vérifications techniques ou à l’arrivée d’une spéciale vous pourrez toujours percevoir dans les yeux ou dans l’attitude de chaque concurrent cette joie de participer à une course de copains, c’est encore l’apanage du Tout- Terrain.

Merci à l’initiateur de cette discipline et à ceux qui la pratiquent, puisse t’elle vivre encore longtemps, servie par cette nouvelle génération des ANDRIEU, CASTAN, CLEVENOT, DARRACQ, DRONDE, HELIN, LARROQUET, POINCELET, … (pardon mais nous ne pouvons vous citer tous…)